Souscrire à flux Actualités de Brest.fr
Toutes les actualités dès leur publication sur le site www.brest.fr
Mis à jour : il y a 22 min 20 sec

Covid-19 : les services s'adaptent

ven, 15/01/2021 - 17:31

Catégorie : Santé

Suite aux dernières annonces du gouvernement, et notamment celles portant sur un couvre-feu démarrant à 18 heures à compter du 16 janvier, des évolutions interviennent dès demain pour certains services de la ville de Brest et de Brest métropole.

Les nouvelles règles sanitaires applicables à compter du samedi 16 janvier induisent une nouvelle organisation pour une partie des services au public de la ville de Brest et de Brest métropole. Ces évolutions seront mises en oeuvre dès ce samedi 16 janvier. 

Accueil périscolaires et en crèches municipales 

Les accueils périscolaires restent ouverts jusqu’à 18 h 30, les crèches municipales jusqu’à 19 heures, comme c’était le cas jusqu’à présent. Des dérogations sont prévues par le gouvernement permettant de justifier un déplacement pour garde d’enfant. 
Il est cependant demandé aux parents qui le peuvent de venir chercher leurs enfants dès que possible en tenant compte du début du couvre-feu à 18 heures. 

Equipements sportifs

Les activités en intérieur jusque-là autorisées pour les publics mineurs ne le sont plus. Les équipements extérieurs (stades) seront fermés à 17 h 30, afin de permettre le retour des pratiquants à leur domicile avant 18 heures.
Les piscines seront fermées. 

Médiathèques

Les médiathèques brestoises restent ouvertes : 

 

  • en semaine dès 13 h 30 (au lieu de 14 heures aujourd’hui) et fermeront leurs portes à 17 h 30
  • le samedi de 10 h 30 à 12 h 30 et de 14 heures à 17 heures
  • la médiathèque François Mitterrand – Les Capucins ouvrira en semaine de 12 h 30 à 17 h 30 et le samedi de 10 h à 17 h 30

 

Conservatoire

Il sera fermé à 18 heures et ouvert le samedi toute la journée pour permettre le report des cours non dispensés. 

Déchèteries 

Les déchèteries de Brest (Spernot et Le Vern), de Guipavas, de Plougastel-Daoulas et Plouzané métropole fermeront à 17 h 45. 


L’ensemble des mesures prises pour s’adapter aux nouvelles règles annoncées par le gouvernement s’appliquent dès le 16 janvier inclus, et pour les 15 jours suivants. D’autres mesures complémentaires sont susceptibles d’être mises en œuvre, en fonction d’éventuelles décisions à venir du gouvernement, dans la gestion de l’épidémie. 

Energie : Les habitants de la rive droite incités à passer au biogaz

ven, 15/01/2021 - 15:00

Catégories : Développement durable, Energie

Dans le cadre de son plan climat 2019-2025, Brest métropole soutient une opération menée par GRDF, qui vise à encourager les habitants de la rive droite brestoise à opter pour le chauffage au biogaz, en remplacement du fioul.

« 60 % des résidences principales de Brest métropole datent d’avant 1975, et on a hérité de cette ancienne politique énergétique qui mettait du fioul un peu partout. Aujourd’hui, on aimerait voir les choses bouger, en commençant par la rive droite de Brest, dont on sait que les logements nécessitent plus qu’ailleurs une mise à niveau de leur système de chauffage. »
Tristan Foveau, vice-président de Brest métropole en charge des opérateurs d’énergie, a expliqué en ces termes le soutien qu’apporte Brest métropole à l’opérateur GRDF qui, en février, débutera sur la rive droite brestoise une opération visant à inciter les habitants à passer à un système de chauffage au biogaz. « Il s’agit d’une énergie qui provient à 90 % de la filière agricole bretonne, et dont on sait quel est beaucoup plus vertueuse que le fioul, qui rejette beaucoup plus de CO2 », résume de son côté Alain Raguénès, de GRDF.

Des opérations de communication à venir

Les habitants de la rive droite vont ainsi recevoir un courrier les informant de l’existence de cette possibilité, tandis que des opérations de communication seront menées en porte-à-porte (du 2 au 4 février) ou sur les marchés des quartiers de Saint-Pierre et des Quatre Moulins.

Des permanences seront aussi ouvertes (du 19 janvier au 30 avril) les mardis matins à la mairie des Quatre Moulins, et les mercredis matins à la mairie de Saint-Pierre.

Près de 2 000 clients au fioul actuels ont été ciblés. Les travaux de raccordement sont programmés pour débuter en septembre, et de nombreuses solutions seront offertes aux habitants pour leur faciliter la transition, avec notamment la possibilité de bénéficier de la gratuité d'un branchement au gaz (selon conditions), pour une économie de quelque 600 euros, jusqu'au 30 avril. 

 

Lundis de la santé : l'herpès en questions le 18 janvier

lun, 11/01/2021 - 00:00

Catégorie : Santé

Lundi 18 janvier, il est question d'herpès aux Lundis de la santé. En raison du contexte sanitaire, le rendez-vous se vivra à nouveau en ligne sur Brestfr.

Face à un virus qui reste encore tabou dans notre société, le prochain Lundi de la santé aborde, le 18 janvier, une question qui peut tous nous intéresser : « Herpès, sommes tous égaux ? ».

« Chiffres vertigineux »

Au micro de ce premier rendez-vous de l'année 2021, les Dr Bruno Sassolas, dermatologue au CHRU de Brest et Léo Pilorge, virologue au même CHRU. Pour les deux spécialistes, la question a bien évidemment son importance, face à un virus qui concerne, selon l’OMS la moitié de la population mondiale pour l’herpès labial, et quelque 400 millions de personnes pour l’herpès génital. « Ce sont là des chiffres vertigineux, alors même qu’il existe une méconnaissance générale et dangereuse sur ce virus, notamment chez les jeunes. Cette méconnaissance est dangereuse, notamment l’herpès peut être une porte d’entrée pour d’autres infections sexuellement transmissibles, comme le VIH », rappelle Fragan Valentin-Leméni, adjoint au maire de Brest en charge de la promotion de la santé physique et psychique. 

Prévention et protection

Le 18 janvier, les Dr Sassolas et Pilorge évoqueront donc largement cet herpès si méconnu, sous ses différentes formes, sa dangerosité, mais aussi les façons de le prendre en charge. Car si aucun vaccin n’a à ce jour fait la preuve de son efficacité dans le domaine, des médicaments efficaces existent. Encore faut-il, et c’est là l’un des messages principaux de ce Lundi, être vigilants : « L’important est de se savoir porteur, et de poser un diagnostic, puis de suivre un traitement adapté, afin de limiter au maximum la diffusion du virus », pose Bruno Sassolas. Et Léa Pilorgue de rappeler la dangerosité d’une infection transmise aux personnes les plus fragiles, parmi lesquelles « les femmes enceintes durant toute leur grossesse, mais aussi les nouveaux nés. Dans tous les cas, il ne faut pas embrasser un enfant avant ses six semaines, afin d’éviter une contamination par une personne asymptomatique »
Quant à savoir si nous sommes tous égaux face à l’herpès… Rendez-vous le lundi 18 janvier à partir de 18 h 30, sur cette page, pour connaître la réponse ! 

 

Sapin malin : faites broyer votre sapin de Noël !

ven, 08/01/2021 - 15:07

Catégorie : Nature, écologie

Depuis le 6 janvier, et jusqu’au 20 janvier, l’opération Sapin malin permet aux habitants de toute la métropole de faire broyer leur sapin de Noël. Une démarche vertueuse et écologique, qui permet aussi de ne pas voir les sapins s’entasser sur les trottoirs.

« L’opération Sapin malin a été lancée en 2012 sur Brest métropole, et les habitants se sont largement saisis du dispositif », explique Tristan Foveau, vice-président de Brest métropole en charge de la gestion durable des déchets.
Présent ce 8 décembre place Wilson, à Brest, pour exposer l’opération Sapin malin, l’élu a ainsi rappelé que le dispositif avait déjà permis, en 2019, de broyer plus de 6 900 sapins de Noël, déposés par les habitants de la métropole en différents lieux identifiés. 

17 sites sur la métropole

Car il s’agit bien de cela, avec Sapin malin : durant une quinzaine de jours, et sur 17 sites répartis sur toute la métropole, les habitants peuvent déposer leur sapin dans des zones ciblées, afin que ceux-ci soit broyés.
Menée en lien avec l’association Vert le jardin, l’opération a débuté le 6 janvier, et durera jusqu’au 20 janvier. Près de 1 300 sapins ont déjà été récoltés à ce jour. « On garde ainsi nos rues propres, on sensibilise à la problématique du compostage et du paillage… bref : Sapin malin est une opération très pédagogique, qui s’associe par ailleurs à différents temps d’animations », a poursuivi Tristan Foveau. 

Présent ce 8 décembre également, Yohann Nédélec, adjoint au maire en charge du quartier Brest-centre, a lui aussi reconnu que « Sapin malin répond à une vraie nécessité, a fortiori dans le centre-ville de Brest, qui est l’un des quartiers les plus denses de la ville, et où les habitants peuvent donc déposer leur sapin de manière très pratique »

 

Plantes invasives : des chevaux au secours des hommes

jeu, 07/01/2021 - 15:52

Catégorie : Nature, écologie

Sur les hauteurs des rives de Penfeld, à Kervallon, deux magnifiques chevaux de trait bretons ont débuté, ce 7 janvier, une opération d’arrachage de plantes invasives qui durera jusqu’au 8 janvier.

« Bien Atoum, super, mon petit. » Les encouragements pleuvent, et les caresses sur ses naseaux semblent le flatter. Atoum, magnifique cheval de trait breton né à Guilers, appartient à l’entreprise Seité, basée à Plouigneau, et spécialisée dans l’opération menée ce jour à Kervallon, sur les hauteurs de Penfeld.

Ces plantes qui referment le sous-bois

Là, dans les sols rendus mous par les pluies d’hiver, et dans une pente à fort pourcentage, Atoum tire de toutes ses forces, et contribue ainsi à arracher les trop nombreuses plantes invasives qui étouffent le parterre.
Cette opération écologique et innovante est réalisée à la demande de la direction des espaces verts de Brest métropole. « Ici, on trouve énormément de plantes invasives, et en l’occurrence du laurier palme, explique Rémi Rouillé, technicien des espaces verts. Elles viennent refermer le sous-bois, concurrencent les espèces indigènes, appauvrissent le sol et limitent le renouvellement du boisement. »

Une opération écologique

Déjà menée dans le bois de Keroual, l’opération conduite par les chevaux de l’entreprise Seité s’échineront donc à la tâche jusqu’au 8 janvier, sur les hauteurs de Kervallon. « Faire intervenir ces chevaux est bénéfique à plus d’un titre, explique de son côté Léo Magueur, en charge de la direction des espaces verts de Brest métropole. On évite ainsi l’usage d’engins mécaniques, avec tous les désagréments que cela induit, à savoir le rejet de gaz à effet de serre ou l’écrasement des sols. »
Pendant ce temps, Atoum, lui, continue de travailler, avec tous les encouragements qu’il mérite. Quand il sera fatigué, son compère Ubert prendra sa suite.
 
  


 

Covid-19 : les accueils des mairies de quartier modifiés

mar, 05/01/2021 - 00:00

Catégorie : Démarches

Dans le cadre de la crise sanitaire actuelle, les accueils des mairies de quartier de la ville de Brest sont modifiés le samedi matin, à compter du 9 janvier.

A compter du 9 janvier, des modifications sont apportées dans l’ouverture des accueils des mairies de quartier à Brest
Si l’accueil de l’hôtel de ville demeure ouvert chaque samedi matin de 9 heures à 12 heures, les accueils des mairies de quartier, eux, ne seront ouverts qu’un samedi sur deux. 

Un samedi sur deux 

Les mairies de quartier de Bellevue, Europe et Quatre-Moulins ouvriront leur accueil les : 

  • 16 et 30 janvier
  • 13 et 27 février 
  • 13 et 27 mars 
  • 10 et 24 avril  

Les mairies de quartier de Lambézellec, Saint-Pierre et Saint-Marc ouvriront leur accueil les : 

  • 9 et 23 janvier
  • 6 et 20 février
  • 6 et 20 mars
  • 3 et 17 avril

Covid-19 : le CHRU lance la vaccination à l’Ehpad Le Jeune de Saint-Renan

lun, 04/01/2021 - 17:16

Catégorie : Santé

La phase 1 de la campagne de vaccination contre la Covid-19 a débuté ce 4 janvier, à l’Ehpad du centre hospitalier Le Jeune, de Saint-Renan. L’établissement a été choisi comme site pilote de l’opération, menée en lien avec le CHRU de Brest. 145 résidents vont être vaccinés d’ici la fin de semaine.

« Privilégiée bien plus que cobaye. » Martine Marc, 90 ans et bon pied, bon œil, a été la première résidente de l’Ehpad du centre hospitalier Le Jeune de Saint-Renan, à se faire vacciner contre la Covid-19.
Dans cet établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes du Pays d’Iroise, ce sont 145 accords de principe qui ont été donnés pour la vaccination, pour un total de 171 résidents. « Nous rappelons effectivement que nous sommes aujourd’hui, en France, sur un principe de consentement à la vaccination, a rappelé Philippe Mahé, préfet du Finistère, qui s’était déplacé pour l’occasion. Le but est bien d’accélérer ce processus de vaccination par la suite. »

25 000 doses réservées pour la Bretagne

Choisi par le CHRU de Brest comme site pilote des premières vaccinations, l’Ehpad du centre hospitalier Le Jeune fait ainsi partie de 17 structures bretonnes qui bénéficieront, les premières, des vaccinations contre le virus de la Covid-19.
« 25 000 doses sont déjà réservées pour la Bretagne », a précisé Stéphane Mulliez, directeur général de l’ARS Bretagne.
« Quant à cette opération, qui a été superbement organisée par les équipes de l’Ehpad Le Jeune, elle nous offrira un solide retour d’expérience pour la suite de la campagne de vaccination, a également expliqué Florence Favrel-Feuillade, directrice générale du CHRU de Brest. Une campagne qui se poursuivra ensuite dans d’autres établissements du territoire, et qui concernera à la fois les résidents des structures comme les Ehpad, mais également, rapidement, les professionnels de santé, de plus de 50 ans. On sait effectivement que ces établissements de vie collective réclament une intervention plus urgente, tant le virus peut s’y avérer dangereux. »

 

Noël : Prêts pour l’opération “Sapin malin” ?

lun, 04/01/2021 - 11:34

Catégories : Déchets, Développement durable

Comme il est désormais de coutume, Brest métropole et l’association Vert le jardin vont proposer l’opération de broyage de sapins de Noël, baptisée “Sapin malin”. Rendez-vous du 6 au 20 janvier dans les quartiers brestois et sur toute la métropole.

De plus en plus plébiscitée, l’opération Sapin malin, qui permet aux habitants du territoire de faire broyer leur sapin de Noël, va être reconduite du 6 au 20 janvier.

Conduite par Brest métropole, en collaboration avec l’association Vert le jardin, l’opération avait permis, en 2020, de broyer plus de 6 900 sapins, soit plus de 55,5 tonnes.

Comment faire ?

Les habitants sont invités à déposer leur sapin sur l’un des 17 points de rendez-vous disponibles en libre accès du 6 au 20 janvier 2021 (communes et quartiers de Brest métropole). 

Des animations

Plusieurs animations de broyage seront également proposées, durant lesquelles il sera possible d’échanger avec l’équipe de Vert le jardin et les guides composteurs-pailleurs sur les avantages du paillage, ainsi que sur le compostage en jardin ou en pied d’immeuble

A noter

Chacun pourra repartir avec le broyage de son sapin s’il le souhaite. Les personnes intéressées n’oublieront alors pas de se munir de leur propre sac, afin de récupérer le broyat, qui pourra être utilisé pour pailler leur propre jardin.

La direction déchets-propreté de la ville de Brest se rendra également disponible pour répondre à toutes les questions relatives aux nouvelles consignes de tri en vigueur depuis juillet, notamment concernant le tri de tous les emballages.

Et après ?

Tous les sapins récupérés à l’occasion de cette opération seront broyés par l’association Vert le Jardin. Elle leur donnera une seconde vie sous forme de paillage, qui sera utilisé dans les jardins partagés. Les guirlandes et autres décorations doivent donc être retirées des sapins

Les objectifs

Les objectifs de l’opération Sapin Malin sont multiples :

  • proposer à tous les habitants de Brest métropole un lieu de proximité pour déposer leur sapin après les fêtes et éviter ainsi les dépôts sauvages sur les trottoirs ;
  • sensibiliser les habitants au paillage et au compostage ;
  • informer les habitants des opérations menées dans ce domaine par Brest métropole : mise à disposition de composteurs, rencontre avec les membres du réseau des guides composteurs, compostage collectif (cantines, entreprises…) ou compostage en pied d’immeuble ;
  • éviter d’encombrer les déchèteries.

Commerces : une autorisation d’ouverture pour les dimanches de janvier

lun, 04/01/2021 - 10:09

Catégorie : Economie, entreprises

Le préfet du Finistère, Philippe Mahé, a autorisé à titre exceptionnel l’ouverture des commerces du département pour les cinq dimanches du mois de janvier.

Déjà autorisée lors du dernier dimanche de novembre, puis des deux premiers dimanches de décembre, l’ouverture des commerces du Finistère pour les dimanches a une nouvelle fois été décidée pour le mois de janvier.

Une mesure exceptionnelle prise par Philippe Mahé, le préfet du Finistère, et qui concernera donc les cinq dimanches du mois de janvier, permettant ainsi une extension des plages d’ouverture pour des raisons aussi bien économiques que sanitaires.

Pour les salariés volontaires uniquement

Cette autorisation fait suite à une vaste consultation, et s’appliquera donc au Finistère comme partout en Bretagne.
Seuls les salariés volontaires, ayant exprimé leur accord par écrit, pourront travailler.

Ils recevront, pour chaque dimanche travaillé, une rémunération au moins égale au double de la rémunération normalement due pour une durée de travail équivalente, et se verront octroyer un repos compensateur.  

 

2021 : François Cuillandre présente ses voeux aux habitants

jeu, 31/12/2020 - 00:00

Catégorie : Collectivités

A l’aube de cette nouvelle année, c’est par une vidéo que François Cuillandre, maire de Brest et président de Brest métropole, adresse ses vœux pour 2021.

Contexte sanitaire oblige, c’est par l’intermédiaire d’une vidéo que François Cuillandre a souhaité pouvoir adresser ses vœux aux habitants de Brest et de Brest métropole. 

Solidarité

Le maire de Brest et président de Brest métropole y revient sur « la crise sanitaire, doublée d’une crise économique et sociale sans précédent ». François Cuillandre saisit là l’occasion de rappeler à quel point, sur ce territoire, la solidarité aura joué un rôle majeur. Il y salue tout à la fois l’engagement des associations de solidarité, des soignants, comme celui de la métropole et de ses huit communes. Du soutien aux plus démunis aux aides portées aux acteurs économiques, « lengagement de notre collectivité – et des femmes et des hommes qui font vivre tous les jours le service public local- ne faiblira pas en 2021 », promet-il. 

Espoir

Tout en appelant chacune et chacun à rester mobilisé, en continuant notamment d’appliquer les gestes barrières« qui nous protègent, protègent nos proches et tous les autres », François Cuillandre s’affiche confiant pour l’avenir : « En 2021, j’en suis persuadé, nous verrons le bout du tunnel ». Et si « cette année demandera encore une grande mobilisation de chacune et chacun d’entre nous, elle nous permettra d’aller collectivement vers des jours meilleurs », poursuit-il, avant de souhaiter une belle et heureuse année 2021 à toutes et tous. 

 

Noël : les bonnes pratiques du tri !

jeu, 24/12/2020 - 00:00

Catégorie : Déchets

Qui dit Noël, dit cadeaux, dit guirlandes, dit déco. En cette période, la production de déchets est généralement plus importante qu’à l’accoutumée, et le centre de tri Triglaz, lui, ne connaîtra pas le repos ! Dans cette optique-là, le travail des trieurs peut être facilité par quelques bonnes pratiques…

Solidarité de Noël ! Pour faciliter le travail des trieurs qui officieront encore durant la période des fêtes au centre de tri Triglaz, il est important de noter quelques bonnes pratiques.

Ainsi, dans la poubelle jaune ou le conteneur pour les produits recyclables, il est possible de mettre :

  • Le papier cadeau en papier (type kraft)
  • Les emballages en carton avec coque en plastique (type jouets, voitures, figurines…)
  • Le papier bulle (tant qu’il n’est pas en rouleau)
  • Les boîtes de jouet en carton
  • Le film d’emballage transparent

En revanche, il ne faut pas mettre :

  • Le filet de sapin
  • Le sapin
  • Les guirlandes
  • Les guirlandes électriques
  • Les boules de Noël
  • Les décorations de Noël
  • Le papier cadeau plastifié ou à paillettes
  • Le ruban d’emballage (tissu, métallique, plastique)

Et, comme d’habitude, les déchets ne doivent pas être imbriqués les uns dans les autres, ni être mis en sac

Printemps de l'Europe 2021 : un nouvel appel à projets

ven, 18/12/2020 - 11:40

Catégories : Citoyenneté, Vivre ensemble

La ville de Brest, Brest métropole et le conseil départemental lancent un nouvel appel à projets pour le printemps de l’Europe 2021. A la clé : une enveloppe de 20 000 euros, pour financer des actions mettant l’Europe et ses valeurs à l’honneur.

« C’est désormais pour nous un rituel : dès 2018, la ville de Brest et le conseil départemental ont proposé un appel à projets pour célébrer l’Europe. Cette année, Brest métropole nous a rejoints : l’union fait la force ! Nous pouvons ainsi donner plus de moyens pour soutenir les propositions qui seront faites », se réjouit Fortuné Pellicano, adjoint au maire de Brest en charge des jumelages et de la solidarité internationale. 
« Il s’agit bien là, pour nos trois collectivités, de proposer des ressources pour mieux s’emparer des questions européennes », précise Frédérique Bonnard-Le Floc’h, conseillère départementale du Finistère en charge des affaires européennes.   

Jusqu’au 31 janvier 

Ouvert aux associations, établissements scolaires ou structures à but non lucratif, cet appel à projets vise à soutenir les citoyens dans la mise en œuvre d’actions locales ayant pour objectifs de : 

 

  • Renforcer le sentiment d’appartenance à l’Europe
  • Sensibiliser le grand public aux questions européennes
  • rendre visible l’action de l’Europe sur le territoire
  • encourager l’ouverture à l’interculturel, notamment pour les plus jeunes

 

Des alternatives digitales à prévoir

Les projets devront notamment prendre en compte l’accessibilité au plus grand nombre, présenter un caractère ludique et innovant, ou encore intégrer les règles du développement durable, et se dérouler sur le territoire du Finistère. Cet appel à projets prévoit aussi, au regard du contexte sanitaire actuel, des alternatives pour les événements rassemblant du public : aux candidats d’imaginer quelles solutions, notamment digitales, afin que leurs projets puissent se dérouler au printemps 2021, quelle que soit la situation sanitaire. 
Les candidats ont jusqu’au 31 janvier pour déposer leur dossier complet, téléchargeable sur cette page. Un jury sélectionnera les dossiers en février 2021. 

 

Pour cet appel à projets, la ville de Brest apporte une contribution de 8000 euros, tout comme le conseil départemental du Finistère, Brest métropole contribuant à hauteur de 4000 euros. Chaque projet retenu peut recevoir jusqu'à 3000 euros maximum

Covid-19 : reprendre le sport en douceur !

ven, 18/12/2020 - 11:03

Catégorie : Sport

Nombre de sportifs sont bien décidés à profiter de la trêve de fin d’année pour reprendre leur activité physique. Brest métropole leur propose un guide pratique pour le faire en toute sécurité.

Attentive au respect des règles sanitaires dans la gestion de leurs équipements et clubs, Brest métropole et la ville de Brest entendent aussi voir la dynamique sportive se maintenir sur le territoire. Malgré tout, après la pause liée au confinement, le risque de blessure peut-être au rendez-vous de la reprise des sportifs. 

Conseils pratiques 

C’est pourquoi Brest métropole a édité un guide détaillant les conseils et exercices proposés aux pratiquants de sports collectifs dès l’âge de 14-15 ans, quel que soit leur niveau, et visant à prévenir le risque de blessure à la reprise, dans le contexte sanitaire actuel. 
Les conseils et exercices dispensés sont extraits d’un ouvrage à paraître en janvier 2021 : Handball, préparation physique préventive, de Christophe Guégan (éditions Ligue de Bretagne de Handball). 

Attention à la blessure

Au-delà du contexte sanitaire, une interruption de la pratique sportive, choisie ou subie (blessure, arrêt des championnats…) a des effets importants sur l’organisme, et entraîne un déconditionnement neuromusculaire et physiologique. Des conséquences qui peuvent entraîner un risque de blessure à la reprise. La publication propose ainsi, pour celles et ceux qui reprennent leur activité sportive, de nombreux conseils qui passent notamment par un démarrage via des séances de préparation physique préventive, lors des premières semaines. 
Ce guide, que la collectivité a adressé aux clubs de sports collectifs du territoire, est également disponible en téléchargement sur cette page

Vigilance face au contexte 

Quelques conseils de vigilance et de prudence pour une reprise sportive dans le contexte sanitaire : 

  • En cas de symptômes (fièvre, courbatures inhabituelles, essoufflement rapide, toux, perte de goût et d’odorat, fréquence cardiaque de repos trop rapide), consulter un médecin et interrompre l’activité sportive
  • En cas de covid-19 symptomatique ou de test positif sans symptômes, consulter un médecin avant la reprise
  • Respecter dans tous les cas les gestes barrières lors de la pratique 

 

Brest, candidate au label Capitale française de la culture

mer, 16/12/2020 - 15:22

Catégorie : Culture

Lancé cet automne par le ministère de la culture, le label Capitale française de la culture 2022 intéresse Brest au plus haut point. Raison pour laquelle la ville de Brest a candidaté à la labellisation. Les résultats sont attendus fin mars.

« Je crois que nous disposons de tout : d’une histoire naturellement riche, qui parle pour nous ; d’une maritimité évidente, que nous mettrons en avant ; d’une solidarité entre nos acteurs culturels, qui est un argument de poids supplémentaire… Brest ne pouvait pas ne pas candidater au label Capitale française de la culture 2022, lancé par le ministère de la culture. » C’est en ces termes que Réza Salami, adjoint au maire de Brest en charge de la culture, a annoncé le dépôt du dossier de la ville de Brest à ce label, qui couronnera une seule et unique ville française en 2022.

Label décerné fin mars

Destiné aux communes françaises de 20 à 200 000 habitants, cette première labellisation devrait voir de nombreuses villes candidater, autour d’un calendrier déjà arrêté : une commission se réunira en janvier, avant qu’une première liste de 10 villes retenues ne soient annoncées en février ; en mars, les villes sélectionnées pourront alors défendre leur dossier auprès d’un jury, qui révélera le nom de la ville lauréate aux alentours du printemps

Les arguments brestois

« La richesse culturelle brestoise est celle de nombreux acteurs publics comme privés, a commenté de son côté François Cuillandre, maire de Brest. Nous mettrons par ailleurs en avant la manière dont nos habitants participent à ce dynamisme, et, en la matière, nous avons déjà acquis une solide expérience au moment du label Ville d’art et d’histoire. »

Un nouvel horizon pour la culture

Associés à la démarche, les acteurs culturels brestois auront en effet leur rôle à jouer dans cette candidature, qui récompensera la ville lauréate d’un apport financier d’un million d’euros, de la part de l’Etat et de la Caisse des dépôts. « Il faut vraiment voir cette candidature comme un événement important pour nous tous, en cette période terrible que connaissent les acteurs culturels, avec cette deuxième vague qui leur laisse un goût amer et les maintient dans une situation d’abattement total, a conclu Réza Salami. Ce label peut nous offrir des perspectives, une énergie nouvelle, et permettre à notre territoire de jouir d'une vraie valorisation touristique. » 

 

Tram et BHNS : c'est parti pour plus de mobilités !

mar, 15/12/2020 - 15:20

Catégorie : Déplacements

Les élus de Brest métropole ont voté, le 15 décembre, pour le lancement du projet de deuxième ligne de tram et d’un bus à haut niveau de service. Premiers départs prévus pour fin 2025-début 2026.

Le 15 décembre, les élus de Brest métropole ont adopté en conseil la délibération qui va permettre de lancer la troisième phase de développement du réseau de transport en commun en site propre (TCSP) du territoire. A l’horizon 2025/2026, le territoire disposera ainsi d’une deuxième ligne de tram et d’un bus à haut niveau de service (BHNS). 

« Toute la métropole y gagne »

« Ce projet ambitionne d’accentuer la place du transport en commun sur notre territoire, avec des matériels fiables, innovants, rapides, pour mailler efficacement le quartier de Bellevue et celui de Lambézellec. Plus globalement, c’est toute la métropole qui y gagne, notamment avec les pôles d’échanges multimodaux dans les communes hors Brest », résume Yohann Nédelec, vice-président de Brest métropole en charge des mobilités. 

Tram et BHNS

Ce nouveau déploiement prévoit d’une part la mise en œuvre d’une deuxième ligne (5,4 kilomètres) de tramway, de la gare au CHRU de la Cavale blanche, en passant par le quartier de Bellevue, et d’autre part la mise en service d’un bus à haut niveau de service (4 kilomètres), de la gare jusqu’au quartier de Lambézellec, en desservant la cité scolaire de Kérichen et la Croix rouge. Au total, ce sont 9 kilomètres de plus desservis en transports en commun sur le territoire.

L’ensemble, intitulé Mon réseau grandit, a fait l’objet d’une vaste concertation de la population en 2019, qui se poursuivra en 2021 : « Nous actons là le démarrage du projet, qui donne mandat à BMa SPL, pour lancer de nouvelles études : études d’impact, concertations sur les variantes des tracés etc », précise Yohann Nédelec. 

Un projet global de mobilité

« Il s’agit de lancer la 3ème phase de développement du TCSP, et c’est bien là l’avenir qui s’écrit ici, aujourd’hui, pour notre territoire », poursuit l’élu. Et de rappeler le succès de la première phase, avec la mise en service de la ligne A du tram, qui accueille chaque année en moyenne et à lui seul quelque 12 millions de voyageurs. « L’objectif est donc de poursuivre cette évolution, en réduisant la part de la voiture particulière dans nos déplacements, tout en desservant dans les meilleures conditions des zones comme le CHRU ou les facultés »
Une volonté qui se traduit aussi par un projet plus large, avec des pôles d’échanges multimodaux sur les communes hors Brest, qui permettront aux visiteurs « de se garer en extérieur, et d’accéder plus facilement à l’hypercentre via notamment des chronobus », lignes express reliant ces pôles au centre-ville de Brest. 

192 millions d’euros

Côté budget, ce projet d’envergure sera porté par un budget maximum de 192 millions d’euros, qui devrait faire l’objet de 15 % de subventions de l’Etat. La contribution des entreprises, via le versement mobilité, est par ailleurs en cours de négociation.  

 

 

Le projet voté va permettre un lancement dès 2021, un début des travaux en 2023, pour une livraison concomitante de la deuxième ligne de tram et du BHNS entre fin 2025 et début 2026.  

Pont Albert Louppe : Des accès piétons sécurisés

mar, 15/12/2020 - 11:21

Catégorie : Déplacements

La dernière inspection du pont Albert Louppe, réservé aux déplacements doux entre les communes du Relecq-Kerhuon et Plougastel-Daoulas, a révélé une évolution significative de l’endommagement du béton armé. Des mesures ont été prises afin de sécuriser la circulation terrestre sous les deux rives du pont.

Comme tous les grands ouvrages d’art, le pont Albert Louppe, réservé aux déplacements doux entre les communes du Relecq-Kerhuon et Plougastel-Daoulas, fait l’objet d’un suivi technique régulier.
La dernière inspection détaillée du pont date de 2018, et a révélé une évolution significative de l’endommagement du béton armé, lié au processus de corrosion des armatures, a été constatée en de multiples endroits.

Deux mesures préfectorales

Raison pour laquelle Philippe Mahé, préfet du Finistère, a décidé de plusieurs mesures permettant de sécuriser la circulation terrestre sous les deux rives du pont :

  • Canalisation du passage des piétons sous le pont Albert Louppe, au moyen d’un tunnel de chantier, au niveau de la commune du Relecq-Kerhuon. L’installation du tunnel a été réalisée le 10 décembre.
  • Interdiction de la circulation terrestre, au niveau de la commune de Plougastel-Daoulas, où la configuration du terrain ne permet pas la mise en place d’un tel tunnel.

Un comité technique d'experts mène désormais les investigations complémentaires nécessaires pour compléter le diagnostic. Leurs conclusions permettront de définir un scénario de travaux sur le long terme.

Parallèlement, sur le court terme, un chantier de pose de filets de protection contre la chute de béton est en cours. Compte tenu des contraintes liées au confinement et des suggestions météorologiques hivernales, ces travaux devraient se terminer à l'été 2021.

Le plan ci-dessus indique les secteurs interdits, et la situation du tunnel de sécurisation sur la commune du Relecq-Kehuon.

Enquête statistique sur les loyers et les charges

mar, 15/12/2020 - 00:00

Catégorie : Habitat

Du 4 au 27 janvier 2021, une enquête statistique de l'Insee sur les loyers et les charges sera réalisée à Brest.

L'institut national de la statistique et des études économiques (Insee) réalise du 4 au 27 janvier 2021, une enquête sur les loyers et les charges.

L'enquête a pour objectif d'évaluer l'évolution trimestrielle des loyers, l'indice ainsi calculé est intégré à l'indice des prix à la consommation.

Quelques ménages seront sollicités à Brest. Une enquêteur de l'Insee prendra contact avec des Brestois dans ce cadre. Il sera muni d'une carte officielle l'accréditant.

Des renseignements relatifs à l'enquête et à son calendrier sont disponibles sur le site internet : www.insee.fr. 

Cadastre solaire : Désormais relié à un simulateur de raccordement photovoltaïque

lun, 14/12/2020 - 16:33

Catégorie : Energie

Lancé en 2016 par Brest métropole, le cadastre solaire permettait jusque-là, à tout un chacun, de visualiser le potentiel d’ensoleillement de sa toiture et de ses façades, en vue d’une potentielle installation photovoltaïque. Le dispositif intègre désormais aussi un simulateur de raccordement, offrant une estimation du coût de raccordement.

Depuis cet automne, et en collaboration avec Enedis, principal gestionnaire du réseau public d’électricité en France, le cadastre solaire de Brest métropole est adossé à un simulateur de raccordement photovoltaïque, qui permet de bénéficier d’une estimation des données de faisabilité et de coût de raccordement d’une installation.

Le potentiel solaire de 350 000 toitures 

Une innovation qui fait évidemment franchir un nouveau cap au cadastre solaire de Brest métropole qui, depuis son lancement en 2016, n’a cessé d’évoluer. Ce dispositif, pensé pour permettre aux habitants de la métropole d’obtenir, via une interface intuitive et ergonomique, des données concernant le potentiel théorique d’ensoleillement des toitures et des façades de leur habitation, a en effet beaucoup progressé en peu de temps. Avec, d’abord, la version 3D, qui est venue apporter d’autres fonctionnalités à l’outil, couvrant par ailleurs quelque 150 000 bâtiments (représentant environ 350 000 toitures) sur toutes les communes de la métropole.

Une vision plus détaillée de la faisabilité et des coûts

Le partenariat avec Enedis fournit donc désormais des informations complémentaires importantes aux particuliers, mais également aux électriciens, couvreurs ou encore architectes. Car la nouvelle fonctionnalité permise par Enedis, via une application intégrée au cadastre, va offrir la possibilité d’obtenir des estimations de coût d’un raccordement à une installation photovoltaïque, et même de sa faisabilité. 

 

Le Canot de l'empereur, joyau des Capucins

ven, 11/12/2020 - 14:22

Catégorie : Culture

Il est à poste, majestueux et évident. Au cœur des Ateliers des Capucins, le Canot de l’empereur se dévoile désormais librement au public, dans une scénographie à sa mesure : impériale !

C’est tout un pan de l’histoire brestoise qui revit désormais sur la place des Machines des Ateliers des Capucins. Soixante dix-sept ans après avoir quitté l’Arsenal de Brest pour être épargné de la Seconde Guerre mondiale, en 1943, l’enfant du pays a retrouvé une place de choix dans la cité du Ponant. Et tout un chacun peut désormais venir l’admirer et s’imprégner tout autant de son aura naturelle que de son histoire, intimement liée à celle de la maritimité brestoise. Construit à Anvers, pour Napoléon 1er, c’est à Brest que le Canot fut embelli, à l’occasion de la visite de Napoléon III, en 1858. 

Visible dès ce vendredi 11 décembre

Conservé durant un peu plus d’un demi-siècle au musée national de la marine, à Paris, le Canot a bénéficié du vaste mouvement de décentralisation patrimoniale et culturelle du musée, actuellement en travaux. «Ce Canot est en quelque sorte notre Joconde, le joyau de nos collections. Brest métropole a accepté de travailler avec nous pour faire revenir cet élément majeur du patrimoine national ici, et nous en sommes tous gagnants », s’est réjoui Jean-Yves Besselièvre, administrateur du musée de la marine à Brest, ce vendredi 11 décembre. 
C’est en effet à partir d’aujourd’hui que le Canot, revenu de Paris en octobre 2018, se dévoile aux yeux de tous. 

Une œuvre d’art aux Capucins

Depuis 2019, de nombreuses précautions ont été prises pour préserver ce monument d’histoire, avant un chantier de deux mois de restauration minutieuse, menée cet été par une équipe de conservateurs-restaurateurs. Un travail de scénographie a suivi, qui donne aujourd’hui à voir une véritable œuvre d’art :  le Canot, impressionnant de par ses dimensions (19 mètres de long pour 5.45 mètres de haut) trône en majesté, face à l’entrée du futur 70.8, centre de découverte des océans. Au total, l’opération aura demandé un budget de 1,2 million d’euros, porté à parts égales par Brest métropole et le musée national de la marine. 

Scénographie soignée 

Réalisée par l’agence Leconte-Noirot, la mise en scène permet, par un jeu de miroirs fixés en surplomb de l’embarcation, de découvrir l’intérieur du Canot, jusqu’ici resté invisible du public. En contrebas de l’installation, une fresque retrace en images et en textes l’histoire de Brest avec le Canot de l’empereur.
A tribord, et toujours en contrebas du navire, un film plus sensible permet de se replonger dans l’histoire brestoise du Canot, grâce à la mise en scène d’images tirées d’archives et de tableaux historiques. Enfin, pour boucler la boucle, une ambiance sonore, faite de bruits de mouettes, de mer et de haubans vient parfaire l’ensemble. 

Un berceau symbolique

Face à ce nouvel invité de marque, François Cuillandre, maire de Brest et président de Brest métropole n’a pas caché sa joie : « Je suis très heureux de découvrir ce Canot, extraordinaire, ici, dans un lieu brestois très symbolique », a-t-il souligné ce vendredi. A ses côtés, Ivan Bouchier, sous-préfet, opine : « A l’heure où notre pays vit des heures difficiles, nous avons tous besoin de bonnes nouvelles ! Ce Canot est un joyau, et c’est un véritable orgueil de l’accueillir à Brest… nous allons le chérir ! », a-t-il promis. 


Visible aux heures d’ouverture des Capucins, le Canot bénéficiera, dès que les conditions sanitaires le permettront, d’opérations de médiation. Des visites couplées seront notamment proposées, jusqu’au musée de la marine de Brest, où un espace dédié à l’histoire de Brest et du Canot a été aménagé.  

 

Covid-19 : des dispositifs d'écoute et de soutien psychologique incontournables

jeu, 10/12/2020 - 17:12

Catégories : Santé, Solidarité

La crise sanitaire qui dure depuis le printemps a des conséquences sur la santé psychique des citoyens, et peut renforcer l’isolement et l’anxiété. Sur Brest, de nombreuses structures proposent des solutions d’écoute et de soutien psychologique.

La crise sanitaire actuelle a aussi des répercussions psychologiques pour un nombre grandissant de personnes. Manque de lien social, détresse économique et morale, angoisses sur l’avenir… Face à ces situations que chacun d’entre nous peut être amené à traverser dans la crise actuelle, il est urgent d’agir. Et, sur Brest, de nombreux dispositifs d’écoute et de soutien psychologique peuvent être activés dès les premiers signaux d’alarme.
La ville de Brest a donc souhaité connaître comment les habitants vivent cette situation et cette expériences inédites, d’un point de vue moral, pour répondre de manière efficace aux besoins. Une enquête a été menée auprès des structures d’écoute et de soutien du territoire. Et les réponses données par ces acteurs de terrain sont venues confirmer que nombre de Brestois sont en difficultés psychologiques et morales face à la crise.

Signaux préoccupants

« Dans ce qui nous a été remonté, beaucoup de points sont particulièrement préoccupants », relève Frangan Valentin-Leméni, adjoint au maire de Brest en charge de la promotion de la santé physique et psychique. Ruptures de traitements chez les malades chroniques, montée des addictions (tabac, alcool…), augmentation des violences intrafamiliales, personnes de plus en plus isolées, augmentation nette des cas d’anxiété… la liste est longue des maux que cette crise au long cours a entrainés dans la population brestoise. « Nous sommes et seront donc très vigilants sur les conséquences de ce deuxième confinement moins bien vécu que le premier. D’autant que la crise sanitaire actuelle aboutira sur une crise économique qui pourra avoir des conséquences sur la santé mentale des habitants », relève Fragan Valentin-Leméni. 

Les bons contacts

Pour accompagner chacun au mieux et prévenir les difficultés, ce tissu associatif riche permet de proposer de nombreuses solutions d’écoute et de soutien psychologique, ouvertes à tous. De Parentel, à Une autre écoute ou SOS Amitié, les acteurs de l'écoute ont tous, durant cette crise, dû se mobiliser pour accompagner les souffrances psychiques, et bien souvent augmenter leurs créneaux d'écoute. Et chacun entend bien continuer à répondre présent face aux risques. 
Ces solutions, associatives ou institutionnelles, sont recensées sur cette page, qui permet de trouver les différents contacts. « L’enjeu est de dédramatiser le besoin d’écoute sur cette période qui va durer : chacun peut se retrouver dans cette situation. Et je tiens à remercier tous ceux qui s’engagent au quotidien dans ces dispositifs d’écoute », souligne l’élu brestois. 

 

Pages